Amateurs d'apiculture raisonnée, nous possédons un petit rucher qui cohabite avec notre cheptel de moutons de Soay. Nos ruches sont des modèles issus des travaux de l'Abbé Émile Warré et nous les conduisons en essayant de suivre les recommandations que l'Abbé décrit dans son ouvrage "L'apiculture pour tous". Cet ouvrage remarquable peut être obtenu ici grâce à l'appréciable travail de préservation de M. Fontaine.

Je ne suis pas un professionnel et ne me considère nullement apiculteur, ce que je décris au travers de ce blog n'est que l’expression de mes modestes expériences.

Premières gelées et fleuraisons précieuses

rédigé le samedi, 16 octobre 2021

Il n'est pas rare ces jours-ci que le thermomètre indique des valeurs négatives au petit matin, j'ai donc placé des portières sur les entrées des ruches. Ceci pour limiter les courants d'air, mais aussi pour éviter que quelques souris ou mulots n'aient l'idée de s'installer au chaud pour passer l'hiver parmi les rayons garnis.

En ce samedi ensoleillé, c'est avec surprise que j'ai constaté quelques braves avettes ramenant encore du pollen aux ruches. Difficile de dire où elles le dénichent en cette période. L'ajonc, appelé parfois "bruyère jaune", est probablement une des sources, puisqu'un petit buisson fleurit depuis deux ou trois semaines à proximité des ruches. Je déplorais il y a plusieurs mois que les brebis ne s'intéressent guère à cet ajonc épineux, je me rends compte aujourd'hui que c'est une chance. La nature est bien faite.

Sirop industriel en renfort

rédigé le mercredi, 22 septembre 2021

Vu l'appétit des abeilles, j'ai décidé d'acheter un bidon de 14 kg de sirop. Ce mélange est certainement plus abouti que ce que je fais moi-même, et le sucre y est inverti, donc à priori plus digeste pour les abeilles. Les nourrisseurs des ruches étant de nouveau à sec, j'en ai de suite distribué:

Malgré les nourrissements des jours passés, le deuxième élément de chaque ruche continue à paraître vide, du moins en périphérie.

Ajout du 24.09.2021: Les litres de sirops ont disparus en 24h. J'en ai donc remis ce jour:

Au total, Ingrid aura donc reçu 7.5 l de sirop lourd et Astrid 7 l, ce qui correspond approximativement à 10 et 9 kg. L'abbé indique qu'une ruche Warré aurait besoin de 12 kg de réserves pour passer l'hiver (c'est à dire 12 rayons garnis, puisqu'un rayon contient sur ses deux faces 1 kg de miel environ). Je pense donc arrêter le nourrissement automnal, et complémenterai les ruches durant l'hiver avec des pains de candi si besoin.

Re-sirop

rédigé le dimanche, 19 septembre 2021

Le sirop que j'avais déposé hier dans les nourrisseurs des ruches a complètement disparu en moins de 24h. Face à un tel engouement, j'ai utilisé le reste de sucre de la maison pour refaire du sirop en suivant la même recette qu'hier. Malheureusement, il ne m'en restait que pour 800 ml environ, que j'ai intégralement versé à Astrid.

20.09.2021 - ce soir nouvelle distribution: Ingrid 1 l, Astrid 0.2 l

Nourrissement d'automne

rédigé le samedi, 18 septembre 2021

Les deux ruches ayant des provisions relativement faibles (à peine 1 élément rempli sur chaque), j'ai procédé aujourd'hui à un nourrissement d'automne. C'est probablement un peu tard, j'aurais du m'en occuper il y a deux semaines déjà afin de profiter des abeilles d'été et ne pas fatiguer les abeilles d'hiver. Je tâcherai de m'y prendre plus tôt l'année prochaine.

Pour ce nourrissement d'automne j'ai utilisé du sirop 70/30, bien plus épais que le 50/50 de saison:

Le tout légèrement chauffé afin de faciliter le mélange. Il en a résulté 2.5l de sirop, que j'ai distribué à raison d'1l pour Astrid et 1.5l pour Ingrid.

J'ai remarqué à l'occasion de cette visite que quelques abeilles rentraient encore du pollen. Probablement les derniers restes de pollen de ronces, ou peut-être de lierre.

Comptage des varroas

rédigé le vendredi, 27 août 2021

J'ai posé avant-hier un plateau de comptage de varroas sous les deux ruches, avec du papier enduit de graisse à traire. J'ai enlevé les plateaux ce midi, c'est à dire 48h plus tard, pour compter le nombre d'acariens tombés. Les résultats:

Ingrid: 6 varroas sur 48h
Astrid: 6 varroas sur 48h

Cameron Jack et al. proposent une formule de calcul permettant d'estimer le nombre de varroas sur la base d'un comptage de Varroas tombés sur 24h. Cette formule est la suivante:

x = (nombre_varroas_tombés - 3.76) * 100 / nombre_de_jours_de_collecte

D'après cette formule, le nombre approximatif de varroas serait d'environ une centaine pour chacune des ruches. Ce nombre, même pour de petites colonies, parait négligeable. Un traitement ne semble donc à priori pas nécessaire - du moins pas dans l'immédiat.

Source: "How to Quantify Varroa destructor in Honey Bee (Apis mellifera L.) Colonies", Cameron Jack et al., édité par l'université de Floride (https://edis.ifas.ufl.edu/pdf/IN/IN125700.pdf)

Le ministère d'agriculture Canadien préconise, quant à lui, un traitement à partir de 12 varroas/jour en été. http://www.omafra.gov.on.ca/english/food/inspection/bees/varroa-sampling.htm

J'ai également observé une grande quantité de tout petits insectes fourmillant sur les bords des planches de comptage. Je ne sais dire de quel animal il s'agit, ils étaient minuscules (moins du tiers de la taille d'un Varroa, donc clairement en dessous du millimètre), très vifs et de couleur rouge. Ils étaient difficiles à prendre en photo, et le cliché ne reflète d'ailleurs pas du tout leur véritable couleur. Je suppose qu'il doit s'agir de quelques acariens attirés par les débris de la ruche. Des aoûtats peut-être? La période y serait propice.

How to Quantify Varroa Destructor in Honey Bee Colonies.pdf (3631 KiB)

5 4 3 2 1